Polices vectorisées ou polices pixellisées ???

Affichages : 944

Je monte un flyer pour un client, après validation de la maquette, je décide de finaliser (exécution) le fichier sur Illustrator. J’importe donc dans Illustrator un fond de page en tif (CMJN, 300 dpi) comportant une belle illustration bitmap (photo), et je monte tout le reste, texte + icônes + koikoikoi dans Illustrator. Au final, j’aplatis le tout (calques), je vectorise le texte (en gardant une version non vectorisée en sauvegarde au cas où), je règle les surimpressions ... et j’importe tout cela dans un nouveau document xPress. Je grave le tout sur un CD puis livre mon client qui désire gérer l’impression lui-même. Petite précision, quand je livre mes fichiers sur CD, j’y ajoute toutes les instructions, à savoir une image du contenu du CD, la version des différents softs, si les polices sont vectorisées ou pas dans l’EPS, le profil de conversion des images en CMJN, et si la gestion des couleurs est activée ou pas dans xPress.

Au final (après impression), c’est pas trop mal si ce n’est que tous les caractères sont pixellisés, exactement comme si le doc avait été monté dans PhotoShop en mode contone, raison pour laquelle je vous raconte tout cela. Voici, au compte-fil, ce que ça donne :

pixel text

 

En haut, évidemment, c’est une police vectorielle (ou vectorisée), alors qu’en dessous, c’est une police pixellisée en mode contone. Bon, à l’œil et hors agrandissement, pour le commun des mortels, cela reste néanmoins lisibles.

QUESTION : comment le flasheur à pu pixelliser ainsi mon flyer, en l’ouvrant dans PhotoShop ??? Pourquoi aurait-il fait cela ??? Quand on flashe ce type de document, une forme vectorielle sort lissée et une police une fois vectorisée est bien considérée désormais comme une forme vectorielle. Alors le lascar, c’est quoi son problème ???

En attendant que je trouve la réponse et que je vous la livre (si vraiment cela vous intéresse), cet exemple vous permettra d’avoir une idée de ce qu’est la différence entre une police vectorielle et une police pixellisée une fois imprimée. Pour ceux qui montent leurs documents en mode bitmap (niveau de gris ou CMJN), la taille du texte ne devrait jamais descendre en-dessous de 24 pt sous PhotoShop ... c’est une limite acceptable pour une impression en trame 175 lpi ... donc, on va dire 30 pt pour de la trame 150 lpi. En-dessous, vous aurez une police superbement pixellisée dont la lisibilité sera ardue, voire impossible si la taille de votre texte descend trop bas.

À bon entendeur, à bientôt.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité